PROFONDEURCHAMPS

Au théâtre à Paris – Les incontournables de la rentrée

Comédie_Française

Chaque rentrée, c’est la même chose. On se promet des abonnements à gogo et des folles soirées à graviter d’un spectacle à l’autre, bravant la navette de la Cartoucherie pour découvrir de nouveaux auteurs, se précipitant sur les metteurs-en-scène ou les artistes consacrés dans les théâtres publics et privés. Seulement voilà, pas facile de savoir ce qui vaut le coup (et le déplacement) dans la prolixe saison théâtrale parisienne 2014-2015. Profondeur de Champs a fait le tour des programmations théâtres in et extra muros et a concocté pour vous un assortiment de spectacles qui devraient permettre de passer une belle rentrée théâtrale.

1. Lassalle, Lasne Darceuil et Mnouchkine (Cartoucherie)

En ce début de saison la fine fleur de la mise en scène française se retrouve à la Cartoucherie. Après avoir joué à guichets fermés au printemps 2014, Ariane Mnouchkine présente de nouveau son Macbeth au Théâtre du Soleil (à partir du 8 octobre). Au Théâtre de la Tempête, c’est Jacques Lassalle qui met en scène Matin et soir de l’auteur norvégien contemporain Jon Fosse (du 11 septembre au 12 octobre). Enfin, Claire Lasne Darcueil, la nouvelle directrice de Théâtre Supérieur d’Art Dramatique, adaptera une version originale des Trois Soeurs d’Anton Tchekhov mêlant image filmique et jeu scénique (du 13 novembre au 14 décembre).

 

2. Place à la scène contemporaine (Bouffes du Nord)

Le théâtre mythique de Peter Brook accueille cette année le collectif truculent des Chiens de Navarre avec leur création Quand je pense qu’on va vieillir ensemble (du 8 au 18 octobre), mais aussi Schwanengesang D744 de Romeo Castellucci dans le cadre de l’hommage rendu au metteur en scène italien au Festival d’Automne. On pourra également (re)voir Cet Enfant de Joël Pommerat du 10 au 27 septembre (décidemment encore et toujours la coqueluche de la vie culturelle parisienne puisque La réunification des deux Corées sera présentée à l’Odéon et Le Petit Chaperon rouge à l’Avant-Seine de Colombes).

 

3. Pièce fleuve et jeune public (Théâtre de la Ville)

Face à l’instantanéité numérique dont nous disposons, le théâtre contemporain est-il un théâtre de la longueur ? Peut-être trouverez-vous réponse à cette question en assistant aux trois heures trente de l’Idiot ! parce que nous aurions dû nous aimer d’après Dostoïevski, nouvelle création – très attendue – de Vincent Macaigne (en octobre au Théâtre de la Ville et en novembre aux Amandiers). De son côté, Stanislas Nordey (nouveau directeur de l’école du TNS) interroge les réalités du monde de l’enfance dans sa création Neuf Petites Filles (du 19 au 30 novembre) tandis que le directeur du Festival d’Avignon, Olivier Py, s’adresse au jeune public avec La jeune fille, le diable, le moulin d’après les Frères Grimm (du 3 au 25 octobre).

4. Stars en scène (Gennevilliers et Bastille)

C’est l’événement de la rentrée 2014, au Théâtre de Genevilliers le maître des lieux, Pascal Rambert, réunit entre autres Denis Podalydès, Emmanuelle Béart, et Stanislas Nordey dans Répétitions, pièce écrite sur mesure pour ses comédiens et nous convie à une réflexion intimiste sur le travail de l’acteur et la portée du langage théâtral (du 12 au 21 décembre). Au Théâtre de la Bastille, Mathieu Amalric sera mis en scène en octobre et décembre par Stéphanie Cléau dans Le moral des ménages d’après le roman d’Eric Reinhardt (auteur lauréat au Goncourt 2014 pour L’amour et les forêts).

 5. Robert Wilson de retour (à l’Odéon)

Après le triomphe de son Peter Pan l’année dernière,  voici que le démiurge Robert Wilson a installé ses échafaudages au Théâtre de l’Odéon pour revisiter Les Nègres de Jean Genet. Entre la clownerie festive défendue par Genet et la dimension intrinsèquement politique de la pièce, Wilson proposera une mise en scène esthétique, festive et minutieusement chorégraphiée (du 3 octobre au 21 novembre 2014). Ensuite, Les Particules Elémentaires d’après le roman de Houellebecq – coup de coeur de la critique lors du Festival d’Avignon 2013 -  sera également à l’affiche dans une mise en scène de Julien Gosselin (du 9 octobre au 14 novembre).

6. Passation de pouvoir très classique pour la Comédie Française

La troupe de la Comédie Française a fait beaucoup parler d’elle suite à la récente nomination d’un nouvel administrateur. Pour sa première saison à la tête de la prestigieuse « Maison » des sociétaires du théâtre français, Eric Ruff (un des comédiens phare de la troupe mais également scénographe de renom et metteur en scène d’un Peer Gynt acclamé) respecte la programmation de Murielle Mayette-Holtz avec non moins de quatre Molière (Tartuffe, Dom Juan, George Dandin et Le Misanthrope) tandis qu’une autre sociétaire, Anne Kessler, monte sa première création dans la salle Richelieu avec la Double Inconstance de Marivaux (à partir du 29 novembre). Il faudra donc attendre la saison prochaine pour que le nouveau maître des lieux mette en place son projet de programmation revendiqué d’ouvrir « le Français » à l’international.

Et ailleurs ?

Au Théâtre National de Toulouse, place à un cycle Pommerat en novembre et à la nouvelle création d’Agathe Mélinand, Erik Satie – Mémoires d’un amnésique. Au Théâtre National de Bretagne à Rennes, Eric Lascade, grand familier de Tchekhov présente Oncle Vania et Jean-François Sivadier monte La vie de Galilée de Brecht. Enfin, au Théâtre National de Strasbourg, Julie Brochen met en scène Pucinella de Stravinsky et Lancelot du Lac de Florence Delay et de Jacques Roubaud.

 

Agathe Charnet

 

Un Commentaire

  • Posté le 15 septembre 2014 à 18:05 | Permalien

    Bel éventail de pièces aussi large que celui des lieux! Au théâtre de Vidy, Lausanne, je verrai la création de Macaigne cette semaine. Samedi dernier, “les renards des surfaces” de Perrine Valli m’a enthousiasmé.