PROFONDEURCHAMPS

Craft Spells : “J’aime enregistrer des morceaux seul dans ma chambre”

Entouré, mais seul et obsessionnel maître à bord du vaisseau Craft Spells, Justin Vallesteros réemploie les codes mélancoliques et rêveurs d’une pop synthétique venue tout droit des eighties, assumant sans ambages le spectre d’un héritage allant de New Order aux Cocteau Twins. Rencontre avec l’intéressé, en pleine préparation de son second album.

536993_10151316009791821_388738323_n

Qui es-tu ?

Salut, je suis Justin de Craft Spells. Je suis un ermite qui aime le café de merde.

Comment avez-vous réalisé avec Craft Spells que vous vous correspondiez bien musicalement parlant ?

Le groupe est composé de musiciens vraiment talentueux. On s’est juste senti très à l’aise les uns avec les autres dès la première fois où on a répété dans la cave des parents de Jack à Seattle.

Que représente pour toi la ville dont tu viens, Stockton, maintenant que tu l’as quittée ? Je suppose qu’une ville comme San Francisco est beaucoup plus (ou différemment) stimulante, non ?

Stockton a un esprit de camaraderie propice à la création artistique. Quand tu es dans une ville de merde avec rien d’autre à faire, tu te retrouves à exprimer ton ennui de plein de manières différentes. Je rentre assez souvent à Stockton, comme ce n’est pas trop loin en train de San Francisco. Je trouve cela plus dur de retrouver cet esprit de camaraderie dans une ville plus grande. Il faut vraiment être sociable pour rentrer dans un groupe d’artistes. Je me vois mal me trémousser pour accéder à des scènes connues ici. En fait, je crois que ce que j’aime vraiment c’est d’enregistrer des morceaux tout seul dans ma chambre.

On sent dans votre dans votre musique des influences assurément eighties

J’aime beaucoup la musique de cette période. J’étais vraiment à fond dans les Stone Roses, New Order et The Field Mice quand j’ai écrit Idle Labor. C’était vraiment caractéristique de ce que je ressentais à ce moment là. Mais en fait la plupart du temps j’écoute du jazz ; des musiciens comme Duke Ellington, Coltrane, et beaucoup de Lester Young. Pour les paroles je suis un fan invétéré de Joanna Newsom. Je lis beaucoup, donc une grande partie de mes influences vient de là, ce que je suis en train de lire au moment où je compose.

A quel genre musical dirais-tu que vous appartenez ? Beaucoup de journalistes vous définissent comme un groupe de shoegaze, mais en considérant ce qu’était le shoegaze à l’origine, n’êtes vous pas plutôt loin de ce genre ? Ne pensez-vous pas que ce genre a perdu beaucoup de son sens depuis les années 1990 et des groupes comme Ride, My Bloody Valentine ou Slowdive ?

Je n’en sais vraiment rien ; on n’est certainement pas un groupe de shoegaze en tout cas, ça c’est sûr ! On a beaucoup d’éléments sur Idle Labor et Gallery qui rendraient hommage à des musiques du début des années 1990. Je ne peux pas vraiment vous dire à quel genre on appartient comme c’était notre premier album. Le point commun de tous ces groupes était la pop song : si tu dépouilles la plupart de ces groupes, ce qu’il te reste c’est une chanson pop accrocheuse, rien de plus. C’étaient des maîtres dans l’art de l’habillage et la transformation de la pop song. Je suis en totale admiration du nouvel album de My Bloody Valentine d’ailleurs ; je l’écoute en boucle depuis le soir où il est sorti.

535714_10151316009841821_685501050_n

Le morceau Warmth de votre dernier EP a un son qui fait particulièrement penser à New Order. L’avez vous fait exprès ou est-ce juste l’influence générale de l’EP?

Gallery était un EP composé de chansons qui ne sont pas arrivées sur Idle Labor. J’étais obsédé par New Order à cette époque de ma vie – et je suppose que ça a toujours été le cas car mon père est un énorme fan de ce groupe –. Donc l’influence est très clairement assumée, oui.

Est-ce que tu penses que comme tu as initié seul le groupe, ce sera plus naturel pour les autres membres de Craft Spells de suivre une carrière individuelle dans le futur ? Comment cela affecte le groupe au quotidien ?

Le reste du groupe est à Seattle et New York. Jack joue en ce moment de la basse pour le groupe Beach Fossils pour la tournée de leur nouvel album. Javier a un groupe qui s’appelle Gathered Ghosts où il écrit des chansons magnifiques dans le genre des Beatles ou des Cure. Notre batteur Andy joue de la guitare et de la batterie dans beaucoup de groupes qui se produisent à Seattle. Ils s’occupent pendant que j’écris et enregistre les démos du nouvel album ; c’est une fois en studio qu’ils vont m’aider à véritablement donner une ambiance à l’album.

Est-ce que certaines des chansons de l’EP Gallery vont être sur l’album ? Et d’où vient l’inspiration du deuxième album ?

Gallery ne sera pas sur le deuxième album ; il aura surement un son très différent de ce qu’on a fait avant. Cet album sera fait en studio, pour la première fois. Il y aura plus de guitare, une vraie batterie, moins de synthé, de vrais pianos et plus d’instruments acoustiques. Cela faisait deux ans et demi que j’étais en tournée pour les albums précédents quand j’ai commencé à écrire celui-là et j’ai beaucoup de souvenirs qui m’aident à écrire ce nouvel album. J’étais très naïf à l’époque d’Idle Labor, je suis quelqu’un de très différent aujourd’hui.

J’ai entendu que tu étais en train d’enregistrer ton deuxième album à San Francisco en ce moment, des différences avec l’enregistrement de votre premier album studio ?

En ce moment je fais des démos dans ma chambre à San Francisco avec du nouveau matériel. Je suis souvent bloqué dans mon écriture donc j’aime bien sortir faire du skate. Cela m’apporte beaucoup de prendre du temps pour moi, de me promener pour réfléchir. Pour ce qui est du studio, je ne sais pas encore où on va le faire, je voudrais continuer à enregistrer à San Francisco, mais ça dépendra du producteur.

Qu’est ce que vous envisagez comme projet futur pour le groupe à l’aune de ce que vous avez accompli pour l’instant ?

A un moment je voudrais me replonger dans le graphisme. Je voudrais aussi avoir un studio à domicile où je pourrais enregistrer les groupes de mes amis.

Quel a été pour toi le nouveau groupe le plus prometteur cette année ?

Je suis plutôt mauvais en ce qui concerne la musique récente, mais il y a un groupe qui s’appelle Archdukes qui m’a vraiment marqué.

Est ce que vous allez faire de nouveau une tournée en Europe bientôt ?

On a vraiment hâte de revenir. Plus tard cette année, ou au début de l’année prochaine quand le nouvel album sera sorti.

[Retrouvez Craft Spells sur Facebook]

Entretien réalisé et traduit de l’anglais par Julia Rouet-Leduc. Avec la participation de Paul Grunelius.

One Trackback

  • […] juste échappé en solo du groupe californien Craft Spells, au sein duquel il officiait comme batteur, Peter Michel (alias Hibou, en français dans le texte) […]

Laisser un commentaire