PROFONDEURCHAMPS

Playlist PdC #27 : Sarah W. Papsun

Sarah W. Papsun n’est pas cette nymphe dont les boucles vermeille(use)s, épousant une poitrine d’une émouvante candeur, hantent vos songes, mais bel et bien un sextet de satyres urbains post-plein de choses et proto-bien d’autres.

Car s’ils ont usurpé le patronyme d’une obscure correspondante américaine pour l’ériger en nom de plume (et de facto repousser les frontières d’un storytelling ubiquitaire), ces six « uomoni qualunque » de la pop française se confrontent avec adresse au lourd fardeau de leurs influences post-, math- et prog-rock.

C’est donc sans surprise que l’on retrouve des « laborantins » éclairés comme Battles, Breton et Jagwar Ma dans la (très bonne) sélection de nos invités du jour. Alors, who loves the (Pap)sun ?

1/ Jagwar Ma – What love ?

Nouvelle sensation psyché-chic en provenance de Sydney. C’est intemporel et moderne. Sensuel comme des préliminaires. Si vous aimez Tame Impala, c’est pour vous.

2/ Breton – Edward the Confessor

C’est l’un des groupes dont on se sent le plus proche. Ils sont anglais et se sont appelés Breton en hommage à André (naturellement !). Chez eux, tout est pensé, pesé, du traitement des sons aux vidéos projetées derrière eux en live. Leur premier album a reçu un très bel accueil critique en France. C’est à la fois cérébral et robuste, entre hip-hop, électro et post-rock. On a fait plusieurs fois leur première partie et leur manageur a signé l’un de nos titres sur son label. Leur deuxième album – hyper attendu – est en cours d’enregistrement.

3/ Kanye West – Hold My Liquor

Kanye, c’est l’anti-maître Gims. Le contre-poison au hip hop standardisé. Concocté avec des Daft Punk furibards, son album Yeezus est une jolie tuerie électro-rap. Avec un flow qui fait de la haute voltige sur les stridences et une production au petit poil : “Bitch, I’m back out my coma !” A écouter en boucle, évidemment.

4/ Battles – Atlas

C’est un classique, sorti chez Warp en 2007. Pour nous, ce que l’expérimental peut faire de plus fort et de plus généreux à la fois. Le titre commence par un roulement de tom basse tonitruant, la cymbale crash du batteur est perchée dans les airs, à la hauteur de leurs ambitions. C’est une production sans compromis, mais dont l’audace fédère au lieu d’exclure. Ces types sont des laborantins que le public des festivals n’effraie pas. Leur dernier album, Gloss Drop (2011), est lui aussi une réussite.

5/ Everything Everything – Kemosabe

Des stars en Angleterre, quasi inconnus en France. Deux albums au compteur. Du rock chiadé, sophistiqué, qui empile les pistes et les voix, fouille et creuse avec un sens maniaque du détail et une précision obsessionnelle. Un peu comme Breton, d’ailleurs, pour les structures non normatives, ces forêts qui s’épaississent tout en laissant filtrer toujours plus de lumière. On a joué avec eux à La Flèche d’Or, à Paris. Un très bon souvenir. Autre titre à écouter : Cough Cough.

6/ Sébastien Tellier – L’Amour et la violence

Pour la vision romantique de la vie, lorsque la lumière rasante du soir recouvre les champs de blé. A écouter à l’âge des possibles. Au premier comme au troisième degré.

7/ Daft Punk – Giorgio Moroder

Enregistré avec trois micros différents (pour restituer le son de chaque époque), ce titre hommage démarre par un prélude autobiographique : les Mémoires « synthétisés » de Giorgio Moroder, pionnier de la musique électronique à qui l’on doit les BO de Midnight Express ou de Scarface… Dans la catégorie retour vers le futur, on ne connaît pas mieux.

8/ Juveniles – Through the night (Yuksek remix)

On a eu le même tourneur pendant un temps ; les deux Rennais de Juveniles ont décollé très vite. Premier single – l’excellent We Are Young – signé chez Kitsuné, puis un album sorti dans la foulée chez AZ. Bonne dynamite post-New Order avec Yuksek derrière les manettes.

9/ Crystal Fighters – You & I

Parce que c’est frais, qu’ils ont les cheveux trop longs et que les arbres parlent dans leur clip. Ces Anglo-Espagnols, option basque, donnent envie de taper dans mains sur la route des vacances.

10/ Griefjoy – Touch Ground

Les Radiohead français. Sans rire. Attendez leur premier album qui va sortir en même temps que le nôtre en septembre. Ces Niçois n’ont peur de rien. En tout cas pas de l’ambition. On aime.

Retrouvez Sarah W. Papsun, ainsi que le clip de leur nouveau single 5’’, sur Facebook.

Paul Grunelius

Laisser un commentaire