PROFONDEURCHAMPS

Citation du jour (3) : “Tes yeux sont livrés à ce qu’ils voient / Vus par ce qu’ils regardent.”, Paul Eluard

Paul-Éluard-Nusch

« Tes yeux sont livrés à ce qu’ils voient

Vus par ce qu’ils regardent. »

C’est à sa femme et égérie, Nusch, que le poète surréaliste adresse cette phrase mystérieuse qui prend à revers le concept de regard, et nous parle fortement, ici chez Profondeur de champs ! Le jeu de pouvoir d’un regard qui se pose, caressant, sur son objet est-il unilatéral ? Les surréalistes se faisaient fort de discréditer la légitimité intellectuelle et artistique de ce qui se trouve en amont du regard – la raison – pour exploiter l’esthétisme de son aval – l’objet regardé, dont l’occurrence à un endroit précis, à un moment donné, et dans une association d’idées et de situations spécifique constitue sa puissance artistique. Posez-vous la question, la prochaine fois : qui de vous ou de l’œuvre domine votre échange ? Est dominé ?

Laisser un commentaire