PROFONDEURCHAMPS

Playlist PdC #46 : Mein Sohn William

Mein Sohn William étonne et détonne. Pour une installation aux frontières de l’art contemporain – Machina Animalis –, ils font appel à des souris et des oiseaux dont les mouvements actionnent des samples savamment programmés. Remarquable d’inventivité, le duo répand sa poésie singulière sur tout ce qu’il touche. Folk, vous dîtes ? C’est tellement réducteur : ce serait omettre les harmonies, les synthés, les loops dont le groupe a fait a spécialité.

C’est à une étonnante playlist culinaire que nous invite Dorian Taburet, fondateur du projet : « On commence par une mise en bouche »

1/Om – Haqq al-Yaqin

Impossible de comprendre pourquoi on aime OM. Ça te prend un peu comme une envie de manger des sardines ou un truc qui sent vraiment fort. L’inverse du fast-food en fait. Quand tu commences à manger ça tu aimes moyen, et puis à la fin de ton repas t’es vraiment content, envahi par cette sensation d’avoir bien mangé, d’avoir fait les choses bien.

2/ Nick Cave & The Bad Seeds – The Mercy Seat

Après ça, c’est dur de faire une transition. Toute personne normalement constituée qui avale une boîte de sardine n’a plus faim. Alors quoi… Ce morceau là, pour rester dans des comparaisons culinaires, c’est des pâtes. Mais attention pas des Lustucru. Des De Cecco ou des pâtes fraîches. Nick Cave, tu peux en manger toutes les semaines sans jamais t’en lasser.

3/ Radikal Satan – Out Of My Head

Puisqu’on prend tout à l’envers, revenons à l’apéritif. Radikal Satan, quand tu les vois la première fois tu as l’impression de boire ta première gorgée de bière et de comprendre enfin ce que c’est un bon whisky sans Coca.

4/ Akron/Family – Blessing Force

Le meilleur dans le steak tartare, c’est que ça dure, et ça dure. Et plus tu arrives vers la fin, plus tu l’épices, plus tu le corses. Ce morceau d’Akron Family c’est la même chose avec une petite pause pipi au milieu du plat.

5/ Vic Chesnutt – Glossolalia

Vic Chesnutt, le sommet de la cuisine. C’est le plat que te faisait ta grand-mère avec ses ingrédients à elle. Tu as beau essayer, rassembler exactement les mêmes choses, impossible de retrouver cette saveur, le petit plus qui faisait tout.

6/ Metronomy – The Look

Cette recette-là, tout le monde la connais. Metronomy, c’est un peu le dernier fast-food avant le périphérique : celui où tu vas de temps en temps parce que c’est pas si dégueulasse. Par contre, pas plus loin après, c’est vraiment de la merde en boîte.

7/ Katerine – Copenhague

Hum, c’était tellement bon avant. Rappelle-toi, on y déjeunait tout les vendredis midi. Ça sonnait comme le début du week end. Maintenant, ça à changé de proprio je crois.

8/ Hoquets – Couque de Dinant

C’te classe ! Des petits gâteaux belges que tu manges jamais parce qu’ils te cassent les dents. Je les mettrais bien sur ma cheminée du coup.

9/ Flight of the Conchords – Hurt Feelings

De temps en temps, il faut se faire plaisir et manger un gros cheesecake avec trop de cheese et trop de cake. Et ouais ! Paroles d’un mec qui pesait 105 kg… Mais c’est finit ça, plus jamais… Plus jamais… Plus jamais ?

10/ Devo – Girl U Want

Et pour finir ce repas interminable. J’ai plus faim, mais bon. Quand même, un petit chocolat… Allez, c’est le dernier. La semaine prochaine, je me fais une bonne grosse diète.

Retrouvez Mein Sohn William sur Facebook.

Recueilli par Paul Grunelius

Laisser un commentaire